samedi 25 janvier 2020

DAVID BOWIE












LODGER
1979
U.K.

MUSICIENS :

- David Bowie - lead & backing vocals, guitar (8), piano (1,6), synth (4), Chamberlin (6)

With:
- Brian Eno - synths (5,7), piano (8)(2), Fx, guitar treatments, bugle, French horn (7)
- Adrian Belew - lead (5,6,8-10) & rhythm (3) guitars, mandolin (1)
- Carlos Alomar - lead (2,4-7,9,10) & rhythm (3) guitars, drums (8), backing vocals (4)
- Simon House - violin (4,5,8,9), mandolin (1), backing vocals (4)
- Sean Mayes - piano
- Roger Powell - synth (9,10)
- Stan Harrison - sax (5)
- George Murray - bass, backing vocals (4)
- Dennis Davis - drums, percussion (2,3,7), bass (8), backing vocals (4)
- Tony Visconti - backing vocals (1,3,7,10), guitar (3,4), mandolin (1), bass (8)
- Reeves Gabrels - guitar (12)
- Erdal Kizilcay - drums & bass (12)

TITRES :

1. Fantastic Voyage
2. African Night Flight
3. Move On
4. Yassassin
5. Red Sails
6. Dj
7. Look Back In Anger
8. Boys Keep Swinging
9. Repetition
10. Red Money

Bonus:
11. I Pray, Olé

david bowie


A l’inverse de Low  et Heroes  (une face chanson, une face instrumentale) et plus accessible, Lodger  ne comprend que des chansons. L’album est une série de cartes postales où David traite de sujets divers donnant du monde une image inquiétante: la vie d’un mercenaire (« Yassassin »), la violence domestique (« Repetition »), les anges de mort (« Look Back In Anger ») et: le voyage qui permet de s’ évader(« Move On », « Fantastic Voyage », « African Night Fight », « Red Sails »). Lodger  a été sous-estimé pour son contenu relâché et un son assez bâclé au mix. Cela dit, les moments marquants ne manquent pas, Bowie disposant d’un orchestre brillant et disposé à expérimenter.
Le très italianisant et romantique « Fantastic Voyage » ouvre la danse. Le texte est une incursion de Bowie dans la politique où il traite des dangers de la « guerre froide ». Bâtie sur la même séquence d’accords que « Fantastic Voyage » , « Boys Keep Swinging » est une apologie de l’ambiguïté sexuelle proche de « Rebel Rebel ». Pour que le morceau sonne le plus « punk amateur » possible, Bowie fit échanger aux musiciens leurs instruments. Le plus martial « Move On » fut aussi composé avec la technologie des bandes. Celle de «All The Young Dudes » morceau de l’époque « Ziggy » fut passée à l’envers, la grille d’accord résultante fut réécrite par Carlos Alomar et les chœurs enregistrés à l’envers. « Move On » réussit l’exploit d’être à la fois osé et accrocheur (Music Story)


BOWIE






Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire