samedi 22 juin 2019

VAN MORRISON













HIS BAND AND THE STREET CHOIR
1970
U.K.

MUSICIENS :

Van Morrison – guitar, harmonica, tenor saxophone on "Crazy Face" and "Call Me Up in Dreamland", vocals
Judy Clay – backing vocals on "If I Ever Needed Someone"
Alan Hand – piano, Hammond organ, celeste
Emily Houston – backing vocals on "If I Ever Needed Someone"
Keith Johnson – trumpet, Hammond organ
John Klingberg – bass
John Platania – electric and acoustic guitars, mandolin
Jack Schroer – soprano, alto, and baritone saxophones, piano
Dahaud Shaar (David Shaw) – drums, percussion, bass clarinet, backing vocals
Jackie Verdell – backing vocals on "If I Ever Needed Someone"

The Street Choir

Larry Goldsmith
Janet Planet
Andrew Robinson
Ellen Schroer
Dahaud Shaar (David Shaw)
Martha Velez


TITRES :

1. Domino
2. Crazy Face
3. Give Me a Kiss
4. I've Been Working
5. Call Me Up In Dreamland
6. I'll Be Your Lover, Too
7. Blue Money
8. Virgo Clowns
9. Gypsy Queen
10. Sweet Jannie
11. If I Ever Needed Someone
12. Street Choir" 



 van morrison



Sorti en 1970, His Band And The Street Choir de Van Morrison (après Astral Weeks et Moondance) montre une autre facette du talent de l'irlandais. Son idée de départ était de faire un disque a cappella et il travailla en ce sens, mais sa maison de disques qui résonnait plus en espèces sonnantes et trébuchantes, souhaitait du tube. Une fois le dos tourné, elle s'est emparé des pistes pour en faire un disque qui ne reflétait pas du tout ce que ressentait VM (l'irlandais, pris au piège, mais surtout tête de lard, se ne laissera plus jamais imposer quoi que ce soit par la suite). Il n'en demeure pas moins que cet album est plus que plaisant. (jean-claude)


 VAN MORRISON





samedi 8 juin 2019

NUCLEUS











SNAKEHIPS ETCETERA
1975
U.K.

MUSICIENS :

- Ian Carr - trumpet, flugelhorn, piano, Moog, percussion
- Bob Bertles - soprano, alto & baritone saxophones, flute, voice, percussion
- Ken Shaw - electric & 12-string guitars, percussion
- Geoff Castle - keyboards, Moog, percussion
- Roger Sutton - bass, percussion
- Roger Sellers - drums, percussion

TITRES :

1. Rat's Bag
2. Alive And Kicking
3. Rachel's Tune
4. Snakehips Etcetera
5. Pussyfoot
6. Heyday

 nucleus

Carr conserve une formation resserrée de Nucleus avec Bob Bertles au saxophone, Roger Sutton à la basse, Ken Shaw à la guitare, Geoff Castle aux claviers, et Roger Sellers à la batterie. 'Rat's Bag', 'Alive And Kicking', 'Rachel's Tune', 'Phaideaux Corner'… sont des monstres funk capables de donner le change à Herbie Hancock ou Billy Cobham, avec toutefois cette poésie typiquement anglaise qui plane sur les mélodies

 NUCLEUS






DAVID BOWIE












ALADDIN SANE
1973
U.K.

MUSICIENS :

- David Bowie - vocals, guitar, saxophone
- Mick Ronson - guitar, piano, choirs
- Trevor Bolder - bass
- Woody Woodmansey - drums
- Mike Garson - piano
- Juanita 'honey' Franklin - choirs
- Linda Lewis - choirs
- Geof Maccormack - choirs


TITRES :

1. Watch That Man
2. Aladdin Sane
3. Drive In Saturday
4. Panic In Detroit
5. Cracked Actor
6. Time
7. The Prettiest Star
8. Let’s Spend The Night Together
9. The Jean Genie
10. Lady Grinning Soul

Bonus:
11. Time (Live Sydney 87)
12. The Prettiest Star (Single Version)









 bowie


Second moment essentiel de la période glam de Bowie, Aladdin Sane est plein de chansons intelligemment novatrices qui restent des classiques de l'histoire du rock. 
Parmi les titres remarquables de cet album, on trouve "Panic In Detroit" avec les guitares hurlantes de Mick Ronson et la batterie insistante de Mick Woodmansey ; "Watch That Man", un morceau de piano joyeux, parfait pour un numéro de Bowie ; le lascif et humide "Cracked Actor" ; le "Jean Genie" aux accents punk ; et une reprise rauque à souhait de "Let's Spend The Night Together". 
Sur "Time", on retrouve un peu le côté théâtral de The Rise And Fall Of Ziggy Stardust, alors que "Drive In Saturday", "The Prettiest Star" et "Lady Grinning Soul" annoncent l'arrivée des sons "plastic soul" des disques de Bowie de la fin des années 70. 
Aladdin Sane est encore plus impressionnant quand on pense que pendant la même année, Bowie travaillait également avec des artistes comme Iggy Pop et Lou Reed, produisant certains de leurs chefs-d'oeuvre (Raw Power des Stooges et Transformer de Lou Reed). (Lorry Fleming)


 Aladdin Sane (1973)