mardi 29 septembre 2020

AEROSMITH

 





NIGHT IN THE RUTS
1979
U.S.

MUSICIENS :

Steven Tyler – lead vocals, keyboards, harmonica, piano
Joe Perry – guitar, slide guitar and backing vocals on "No Surprize", "Chiquita", "Cheese Cake", "Three Mile Smile", and "Bone to Bone (Coney Island White Fish Boy)"
Brad Whitford – guitar
Tom Hamilton – bass guitar
Joey Kramer – drums

With:
Mary Weiss – backing vocals on "Remember (Walking in the Sand)"
Richie Supa - additional guitars on "No Surprize" and "Mia"
Jimmy Crespo – lead guitar on "Three Mile Smile"
George Young – alto saxophone on "Chiquita"
Louis del Gatto – baritone saxophone on "Chiquita"
Lou Marini – tenor saxophone on "Chiquita"
Barry Rogers – trombone on "Chiquita"
Neil Thompson – guitar on "Chiquita"


TITRES :

1. No Surprize
2. Chiquita
3. Remember (Walking In The Sand)
4. Cheese Cake
5. Three Mile Smile
6. Reefer Head Woman
7. Bone To Bone (Coney Island White Fish)
8. Think About It
9. Mia
aerosmith
Joe Perry ayant quitté Aerosmith au cours des séances d'enregistrement de ce sixième album studio, c'est l'ex-guitariste de Flame Jim Crespo qui assure l'essentiel des parties de guitare. Sans atteindre les sommets de Toys In The Attic ou de Rocks, Night In The Ruts n'est pas pour autant un album mineur. Bien moins violent que les oeuvres précédentes –(la production du maître du rock FM Gary Lions (Queen, Foreigner) a joué à cet égard un rôle déterminant) –, il comprend quelques plages tout à fait réussies, qui tendent à prouver que Steven Tyler est bien l'âme du groupe américain. De "No Surprise" (qui retrace l'histoire de la formation) à "Think About It" (une reprise des Yardbirds), en passant par "Bone To Bone" et "Reefer Headed Woman", Night In The Ruts fait partie de ces albums à avoir puissamment influencé la génération Guns N'Roses. Un album qui s'écoute aujourd'hui encore fort agréablement ! (Philippe Margotin)


lundi 28 septembre 2020

AEROSMITH

 





DRAW THE LINE
1977
U.S.

MUSICIENS :
Steven Tyler – lead vocals, harmonica, piano on "Kings and Queens", backing vocals
Joe Perry – lead and rhythm guitar, slide guitar, backing vocals, lead vocals on "Bright Light Fright"
Brad Whitford – rhythm and lead guitar on "Kings and Queens", "I Wanna Know Why", "The Hand That Feeds" and first solo of "Milk Cow Blues"
Tom Hamilton – bass guitar
Joey Kramer – drums, percussion

With:
Stan Bronstein – saxophone on "I Wanna Know Why" and "Bright Light Fright"
Scott Cushnie – piano on "I Wanna Know Why" and "Critical Mass"
Karen Lawrence – backing vocals on "Get It Up"
Jack Douglas – mandolin on "Kings and Queens"
Paul Prestopino – acoustic guitar, banjo guitar on "Kings and Queens"


TITRES :

1. Draw The Line
2. I Wanna Know Why
3. Critical Mass
4. Get It Up
5. Bright Light Fright
6. Kings And Queens
7. The Hand That Feeds
8. Sight For Sore Eyes
9. Milk Cow Blues

aerosmith
Groupe à sensation du hard rock américain à partir du milieu des 70's, Aerosmith le devait autant à la qualité de ses albums vendus par millions qu'à l'exubérance de ses shows qui réunissaient de plus en plus de public. Alors à son apogée, le groupe de Boston enfonce le clou en 1978 avec Draw The Line, sur lequel on retrouve tous les ingrédients qui ont fait son succès jusque-là. A savoir, la guitare stonienne de Joe Perry, la fermeté d'un batteur et d'un bassiste aussi discrets que convaincants et la voix pleine de gouaille et de charme de l'incandescent Steven Tyler, sorte de Jagger maison croisé avec Robert Plant. Draw The Line est un concentré d'Aerosmith pur jus. Cyril Deluermoz








vendredi 25 septembre 2020

ROXY MUSIC

 






COUNTRY LIFE
1974
U.K.

MUSICIENS :

Bryan Ferry - vocals, keyboards
Phil Manzanera - guitar
Eddie Jobson - synthesizer, strings, keyboards
Andy Mackay - oboe, saxophone
John Gustafson - bass
Paul Thompson - drums


TITRES :

1. The Thrill Of It All
2. Three And Nine
3. All I Want Is You
4. Out Of The Blue
5. If It Takes All Night
6. Bitter Sweet
7. Triptych
8. Casanova
9. A Really Good Time
10. Prairie Rose

Cet album reprend quelque peu les recettes de Stranded en augmentant la notion de diversité, et aussi en faisant plus agir le groupe dans son entièreté. Ainsi, Andy Mackay et Eddie Jobson qui n'étaient pas tellement mis en valeur sur le troisième opus, le sont beaucoup plus ici, sans pour autant voler la vedette aux trois autres. Même John Gustafson est à l'honneur sur un bon nombre de titre, à commencer par "The Thrill of it All". Mackay, bien que mis à l'avant, n'use de son saxo fou bien connu des fans de la première heure, vraiment que sur "If It Takes All Night" et en fond sonore sur le début de "Prairie Rose". La plupart du temps, il est plus "gentil", comme en témoignent les soli de "Three and Nine" et "A Really Good Time", sans parler de ses autres interventions.  (Forces Paralelles)




ROWY MUSIC

 





STRANDED
1973
U.K.

MUSICIENS :

Bryan Ferry - vocals, piano
Phil Manzanera - guitar, treatments
Eddie Jobson - synthesizer, electric violin, keyboards
Andy Mackay - oboe, saxophone, treatments
Paul Thompson - drums, timpani

With:
John Gustafson - bass
Chris Thomas - bass (1)
Chris Laurence - string bass (8)
The London Welsh Male Voice Choir - chorus vocals (4)


TITRES :

1. Street Life
2. Just Like You
3. Amazona
4. Psalm
5. Serenade
6. A Song For Europe
7. Mother Of Pearl
8. Sunset
Stranded est un album de transition, celui où le groupe commence à s’éloigner de l’Art-Rock des débuts pour aller vers une Pop/Rock mélodique mais toujours originale. On sent donc le groupe en train de se chercher un peu et de ce fait on peut le considérer comme plus faible que For Your Pleasure et Country Life. Il contient également moins de titres vraiment marquants, même si « Mother Of Pearl » et « A Song For Europe » deviendront, à juste titres, des incontournables du répertoire du groupe. (ClassicRock80)


ROXY MUSIC - 1972

jeudi 24 septembre 2020

RON WOOD

 




NEW LOOK
1975
U.K.

MUSICIENS :

Ronnie Wood - lead vocals, guitar, acoustic guitar, slide guitar, organ
Bobby Womack - guitar, vocals
Ian McLagan - organ, piano
Willie Weeks - bass, guitar
Andy Newmark - drums, percussion
Jean Roussell - synthesizer, keyboards, electric piano, clavinet
Keith Richards - guitar (05,09), harmony vocals (03)
Kenney Jones - drums (06,07)
Mick Taylor - slide guitar (10)
The Womack Sisters - backing vocals


TITRES :

1. I Got Lost When I Found You
2. Big Bayou
3. Breathe On Me
4. If You Don't Want My Love
5. I Can Say She's Alright
6. Caribbean Boogie
7. Now Look
8. Sweet Baby Mine
9. I Can't Stand The Rain
10. It's Unholy
11. I Got A Feeling
1975, Ron Wood sort cet album avant d'arriver chez les Stones, en compagnie de bobby Womack, mick Taylor, keith Richards et ian Mac Lagan. 11 morceaux pour un total de 47minutes. Il y a de vraies pépites comme l'excellent "breathe on me", une superbe version bluesy de "i can't stand the rain" et dans l'ensemble, des morceaux qui accrochent très bien avec l'aide de keith à la guitare, son futur partenaire.

 

TIM BUCKLEY

 





HAPPY SAD
1969
U.S.

MUSICIENS :

Tim Buckley - vocals, 12-string guitar

With:
Lee Underwood - lead guitar
John Miller - acoustic bass
David Friedman - vibes, bass marimba
Carter C.C. Collins - congas


TITRES :

1. Strange Feelin'
2. Buzzin' Fly)
3. Love From Room 109 At The Islander (On Pacific Coast Highway)
4. Dream Letter
5. Gypsy Woman
6. Sing A Song For You
Sur son troisième album, Tim Buckley joue une musique d'une telle élégance et d'une telle liberté qu'il devient l'égal de Nick Drake et du Van Morrison d'Astral Weeks. Lee Underwood est toujours à la guitare jazz psychédélique. David Friedman, au vibraphone, apporte une touche intemporelle et délicate, à l'écart de tous les clichés hippies. Les morceaux s'étirent de plus en plus. "Gipsy Woman" frôle les treize minutes et laisse une place émouvante au silence. Chaque bruissement, chaque souffle compte. On croirait parfois entendre voler la proverbiale mouche. Et d'ailleurs... dans "Buzzin' Fly", Tim Buckley imite le bruit du diptère et nous emmène haut, très haut. --Hubert Deshouse





SYD BARRETT

 




BARRETT
1970
U.K.

MUSICIENS :

Syd Barrett - guitar, lead vocals
David Gilmour - 12-string acoustic guitar (01,13), bass, organ (04,07,10,19), drums (03,17,18), backing vocals, producer, arranger
Jerry Shirley - drums, percussion
Richard Wright - keyboards, piano, harmonium, Hammond organ
Vic Saywell - tuba
Willie Wilson - percussion
John Wilson - drums



TITRES :

1. Baby Lemonade
2. Love Song 
3. Dominoes 
4. It Is Obvious
5. Rats
6. Maisie
7. Gigolo Aunt
8. Waving My Arms In The Air
9. I Never Lied To You
10. Wined And Dined
11. Wolfpack
12. Effervescing Elephant

Bonus:
13. Baby Lemonade 
14. Waving My Arms In The Air
15. I Never Lied To You
16. Love Song
17. Dominoes
18. Dominoes
19. It Is Obvious
« Toi, tu t'assois. Tu joues quand on te le dit et tu nous laisses faire ». Cette image traduit vraisemblablement l'ambiance qui a dû dicter les séances d'enregistrement du second album de Syd Barrett de 1970, intitulé Barrett. Elle ne doit pas s'en éloigner, en tous cas. Syd Barrett souffre de schizophrénie. Aidé, sur The Madcap Laughs, de ses deux acolytes du Floyd, Gilmour et Waters, fortement impliqués dans la mise en forme et la réalisation du premier album, Syd Barrett, tel un enfant , littéralement assisté, bénéficie, cette fois-ci, du soutien de Gilmour (qui ne l'a jamais lâché, même plus tard) et du regretté Rick Wright. Enregistré en 1969 dans le studio d'Abbey Road, produit par le tandem Gilmour/Wright, ce deuxième chef d'oeuvre du visionnaire Barrett est d'une grande beauté. Sophistiquée et enfantine, sa musique est imprévisible (Jean Claude)