vendredi 31 août 2018

STEPPENWOLF












FOR LADIES ONLY
1971
U.S.

MUSICIENS :

John Kay – vocals, guitar
Kent Henry – lead guitar
George Biondo – vocals, bass guitar
Goldy McJohn – keyboards
Jerry Edmonton – drums


TITRES :

1  For Ladies Only
2. I'm Asking 
3. Shackles and Chains
4. Tenderness
5. The Night Time's for You
6. Jaded Strumpet
7. Sparkle Eyes
8. Black Pit
9. Ride With Me
10. In Hopes of a Garden 




 steppenwolf


Les deux premiers albums tutoient quasiment les sommets, puis la qualité baisse dès At Your Birthday (il reste correct toutefois), touche presque le fond avec Monster, puis reprend des couleurs via Seven. C'est le recul qui caractérise la trajectoire empruntée par For Ladies Only (1971). Monster s'est fourvoyé dans un costume politico-musical pas fait pour lui ; John Kay en avait assumé la paternité et la responsabilité. Pour ce nouveau LP, Steppenwolf arpente un autre thème politique, le féminisme. Comme si le hard rock pouvait s'accommoder de romantisme... Re-flop. Mais cette fois-ci, c'est toute la squadra Steppenwolf qui trinque. Tous responsables ! Tout le monde, en effet, a mis la main à son écriture. (jean-claude)


 STEPPENWOLF

STEPPENWOLF - 1968






SILOAH












SILOAH
1970
GERMANY

MUSICIENS :

- Tiny (Heinrich Stricker) - vocals, Shinai
- Manuela (Manuela Freifrau Von Perfall) - percussion, tambourine
- Thom (Thom Argauer) - acoustic guitar, 12-string guitar, vocals
- Wolfgang (Wolfgang Görner) - bass

With:
- Klaus Bartl - acoustic guitar (01,03,06)
- Bernd Beier - drums (02)
- Ali Schollenbruch - guitar (02)
- Mao - flute (05)


TITRES :

1. Yellow Puppets Hanging In The Sky
2. Krishna's Golden Dope Show
3. Road To Laramy
4. Acid Eagle
5. Aluminum Wind
6. Pink Puppets Hanging In The Sky

Bonus:
1. Mit Tiny Nach Tanger
2. Lady Jane - Lord X 

 SILOAH


Siloah originaire de Munich une joué une musique psychédélique underground et a sorti en 1970 leur premier album Siloah parfois aussi appelé «Acid Eagle » venant du titre du même nom et l'allusion faite au psychotrope hallucinogène contenu dans le champignon de l'ergot de seigle. 
En général, la musique de Siloah et de nombreux autres groupes de cette époque ne peuvent être comprise que sur fond d'expériences avec des drogues de toutes sortes, afin d'élargir sa conscience. Ils ont joué un folk psychédélique hippie, particulièrement visible dans le long titres de 18 minutes "Aluminium Wind"


 siloah




STRANGE












TRANSLUCENT WORLD
1973
U.S.

MUSICIENS :

Terry R. Brooks - vocals, guitar
Bob Griffin - bass
Don Hastle - drums


TITRES :

01. Jimi 
02. Ruler Of The Universe
03. The Kiss Of A Butterfly
04. Hey Mr. Lonely Man
05. Lost 

Bonus:
06. Spoonfull (Live)
07. Preacher Of Rock’N’Roll


 strange

Terry Brooks est un de ces guitaristes qui ont fait du solo de guitare un but de vie, comme Randy Holden, Jimi Hendrix, Wilburn Burnchette,  sans narcissisme, mais juste parce que l'instinct et le génie de guitariste leur permettait des improvisations incroyablement personnel
 Probablement le plus connu de ses premiers albums, le Translucent World de 1973 dans le style psychédélique space-rock avec des solos les plus déjantés de l'histoire rock


 strange





samedi 25 août 2018

RAINBOW











LONG LIVE ROCK'N'ROLL
1978
U.K.

MUSICIENS :

Ronnie James Dio – vocals
Ritchie Blackmore – guitar
Tony Carey – keyboards
Jimmy Bain – bass
Cozy Powell – drums


TITRES :

1. Long Live Rock'N'Roll
2. Lady Of The Lake
3. L.a. Connection
4. Gates Of Babylon
5. Kill The King
6. The Shed (subtle)
7. Sensitive To Light
8. Rainbow Eyes



 rainbow


Troisième album studio de Rainbow, ce "Long live rock'n'roll" est le digne héritier de l'excellent "Ritchie Blackmore's Rainbow" et du somptueux "Rising". Le spectre musical de l'arc en ciel s'élargit vers des contrées encore plus mélodiques qu'auparavant (le très beau "Lady of the lake"), plus orientales (le fabuleux "Gates of Babylon"), plus heavy (l'irrésistible "Kill the king") et plus rock (l'hymne qui donne son titre à l'album ainsi que l'efficace "L.A. Connection"). Et cerise sur le gateau, l'émouvant "Rainbow eyes" précède de 20 ans les aventures du troubadour Blackmore et de sa dulcinée Candice Night au sein de leur troupe de ménestrels folk/rock !!
Un album indispensable. Le groupe est au sommet de son art. Blackmore, Dio et Powell son en état de grâce !! (GATO)



 rainbow


RITCHIE BLACKMORE'S RAINBOW - 1975
RISING -1976





jeudi 23 août 2018

THE SAVAGE ROSE











THE SAVAGE ROSE
1968
DENMARK

MUSICIENS :

Jens Rugsted - Bass
Alex Riel - Drums
Flemming Ostermann - Guitar
Ilse Maria Koppel - Harpsichord
Anders Koppel - Organ
Thomas Koppel - Piano
Annisette - Vocals


TITRES :

01. Your Sign/My Sign
02. Open Air Shop
03. You Be Free
04. Oh Baby Where Have You Gone?
05. A Girl I Knew
06. Everybody Must Know
07. Savage Rose
08. Her Story
09. White Swans' Marriage Clothes
10. Sleep
11. You'll Be Alright 


 the savage rose


Le noyau fondateur du groupe est constitué du pianiste Thomas Koppel, de son frère le compositeur Anders Koppel, d'Ilse Maria Koppel (première épouse de Thomas) et d'Annisette Hansen (future seconde épouse de Thomas)1, tous issus de familles impliquées dans la musique. Viennent s'agréger autour le jazzman Alex Riel à la batterie, Jens Rugsted à la basse, et le guitariste Flemming Ostermann, vite remplacé par Nils Tuxen.
Un premier album, simplement intitulé The Savage Rose, sort en 1968, suivi la même année par In the Plain. Chantés en anglais, ils affirment un son assimilable au rock psychédélique californien (la voix d'Annisette Hanson est alors comparée à celle de Grace Slick en plus extrême), nourri au surplus d'une expertise venue du jazz et d'une forte culture musicale classique. Le second album comporte le tube Long Before I Was Born, qui propulse la renommée du groupe à l'extérieur de la Scandinavie. The Savage Rose est invité au Newport Jazz Festival de 1969, et se produit en 1970 dans le cadre du Festival de Montreux au côté de Yes. (Wikipedia)


 the savage rose





lundi 20 août 2018

EDGAR BROUGHTON BAND












WASA WASA
1969
U.K.

MUSICIENS :

Edgar Broughton - Vocals, guitar
Arthur Grant - Bass guitar, vocals
Steve Broughton - Drums


TITRES :

1. Death Of An Electric Citizen
2. American Boy Soldier
3. Why Can't Somebody Love Me?
4. Neptune
5. Evil
6. Crying
7. Love In The Rain
8. Dawn Crept Away

Bonus
9. Messin' With The Kid
10. Waterloo Man
11. Jacqueline
12. Tellin' Everybody
13. Untitled Freak Out



 EDGAR BROUGHTON


C'est un peu la réponse britannique au power trio d'affreux, sales et méchants américains de Blue Cheer, du rock lourd, psychédélique, bluesy, presque punk avant l'heure, certainement garage. C'est le premier opus de l'Edgar Broughton Band, Wasa Wasa.
Aujourd'hui, plus grand monde ne parle de ces oiseaux-là, c'est dommage parce qu'au rayon proto-metal, accompagné des Amboy Dukes de Ted Nugent, du Steppenwolf de John Kay ou des Who (qui sont un peu proto-tout), ces trois anglais du Warwickshire se posent un peu là. Leur recette ? Comment souvent à l'époque c'est d'un blues poussé dans ses ultimes retranchements dont il s'agit dès un Death of an Electric Citizen plein de fuzz et de distorsion, état de fait confirmé par quelques une des plus belles pistes de la galette (le lent et rampant Why Can't Somebody Love Me ?, un furieux Evil qui, pour une fois avec un tel titre, n'est pas une reprise du fameux standard d'Howlin' Wolf mais un psyché rock lourd et bruyant, ou encore un proto-punkoïde Love in the Rain) mais pas par toutes puisque, fin des 60s oblige, American Boy Soldier, Crying ou les archéologiques bonus du remaster ont encore de forts relents de patchouli, sans parler d'un Neptune qui a tous les atours d'un grossier détournement du son de Jimi Hendrix et de son Experience (Melomaniak)


 edgar broughton band







TEN YEARS AFTER












SSSSH
1969
U.K.

MUSICIENS :

- Alvin Lee - guitars, vocals
- Leo Lyons - bass
- Ric Lee - drums
- Chick Churchill - keyboards, pianos


TITRES :

1. Bad Scene
2. Two Time Mama
3. Stoned Woman
4. Good Morning Little Schoolgirl
5. If You Should Love Me
6. I Don’t Know That You Don’t Know My Name
7. The Stomp
8. I Woke Up This Morning



 ten years after


Du très bon Ten Years After, particulièrement plaisant à écouter, voilà, en résumé, ce à quoi il faut s'attendre dans leur troisième album studio de 1969, le dénommé Ssssh, au titre très énigmatique, et qui sort dans le sillage de la performance anthologique de Woodstock. Autoproduit par Alvin Lee, il compte parmi ce que Ten Years After, en pleine forme ici, a fait de mieux. Ce disque traduit bien l'énergie du TYA live, le son y étant excellent et les effets mieux restitués. Durant les 32 minutes que dure cet album, la bande à Alvin Lee propose, au travers de ses huit titres, une succulente fusion de blues, rock, jazz et boogie, dont quelques magnifiques petites perles (le fou furieux Good Morning Little Schoolgirl emprunté à Sonny Boy Williamson, Bad Scene, plus rock, Stoned Woman, le pop If You Should Love Me, le classique I Woke Up This Morning, The Stomp, Two Time Mama). (jean-claude)


 ten years after
/


TEN YEARS AFTER - 1967




ISOPODA












ACROSTICHON
1978
BELGIUM

MUSICIENS :

- Geert Amant - keyboards, strings, backing vocals 
- Walter De Berlangeer - guitars, percussion, backing vocals 
- Arnold De Schepper - lead vocals (2-6), bass, pedals, guitars,                        percussion, flute, backing vocals
- Dirk De Schepper - lead & backing vocals, percussion 
- Guido Rubrecht - organ (2-6) 
- William Souffreau - backing vocals (6) 
- Marc van der Schueren  -  drums, percussion


TITRES :

1. Acrostichon
2. The Muse
3. Watch The Daylight Shine
4. Don´t Do it The Easy Way 
5. Considering 
6. Male And Female


 ISOPODA

Isopoda est un groupe de rock symphonique  Belge lancé comme réponse Flamande à  Genesis, et on peut entendre des similitudes frappantes. Tous les ingrédients nécessaires sont réunis pour produire ce type de rock progressif. Belles envolées musicales bien construites sur tous les instruments disponibles. Les chansons sont également très bonnes. 


 ISOPODA




vendredi 10 août 2018

IAN MATTHEWS













TIGERS WILL SURVIVE
1972
U.K.

MUSICIENS :

Ian Matthews - Guitar, Vocals
Richard Thompson (Credited As Woolfe J. Flywheel) - Guitar, Accordion
Andy Roberts - Guitar
Bob Ronga - Bass, Keyboards
Tim Renwick - Guitar
Timi Donald - Drums
Cal Batchelor - Guitar
Bruce Thomas - Bass
Ray Warleigh - Saxophone
Ian Whiteman - Keyboards
John Wilson - Drums


TITRES :

1. Tigers Will Survive
2. Midnight On The Water
3. Right Before My Eyes 
4. Da Doo Ron Ron (When He Walked Me Home)
5. Hope You Know
6. Please Be My Friend 
7. Never Again
8. Close The Door Lightly
9. House Of Unamerican Blues Activity Dream
10.Morning Song
11.The Only Dancer




 ian matthews


Totalement inconnu en France, Ian Matthews est l'un des plus grands chanteurs des années 70. 
Par sa constance: cet album est excellent, comme tous ses albums d'ailleurs, et précisément chaque chanson est parfaite, bien orchestrée, bien chantée, il n'y a rien à jeter. Ian Matthews n'a je crois jamais sorti une mauvaise chanson. Chacune est un hit. A qui peut on le comparer ? Je pense a Neil Young, mais c'est la pochette qui me trouble, ce n'est pas ça. C'est du californien, mais pas de la soupe pour auto-radio au soleil, c'est intelligent, c'est cool, c'est sexy : c'est formidable. (Boawaks)


 ian matthews





CHERUBIN













OUR SUNRISE
1974
GERMANY


MUSICIENS :

- Andy Marx - acoustic & electric guitars, banjo, sitar, vocals
- Bo Born - organ, piano, vocals
- Wolf Graf - bass
- Peter Trojer - percussion, vocals
- Eberhard Wilhelm - drums, vocals

With: 
- Michael Hodjera - acoustic & electric guitars, vocals
- Thor Baldursson - piano
- Dieter Bauer - bass
- Frank Baum - pedal steel guitar
- Wolfgang Grude - flute, tenor & alto saxophone
- Bertl - backing vocals


TITRES :

01. Funky Beat
02. East Wind Blowin'
03. Cracy
04. Sunrise
05. Sunday Child
06. The Letter
07. Bikini Panties And White Lipstick
08. One Way Ticket
09. Lost Lession In Time
10. Feel Is Real 

Bonus:
11. Electric Waves (live at Zirkus Krone Munich '76)





Cherubin était un groupe de la scène allemande du début des années 70, assimilé au genre Krautrock, même si le style est extrêmement anglo-américain. Cet album est une étrange combinaison de chansons légèrement progressives dans un style rock jazz, un peu comme Karthago, et de country rock hippie de la côte Ouest, comme les Burritos, Poco, Pure Prarie League. etc.
Il est intéressant de souligner que le deuxième titre "East Wind Blowin'" ressemble de façon flagrante à la chanson des Youngbloods "Darkness Darkness".
En écoutant les deux albums de Chérubin, il est évident que les membres du groupe étaient des musiciens de premier plan, ce qui est confirmé par la liste d’artistes avec laquelle certains d’entre eux ont joué après la séparation de Cherubin: John Fogerty, Robert Palmer, Simon Phillips, Larry Coryell, Alphonse Mouson, Klaus Doldinger, Oakridge Boys, Boxcar Willie ......


 CHERUBIN