mercredi 28 avril 2021

TELEVISION

 





MARQUEE MOON
1977
U.S.

MUSICIENS :

Billy Ficca – drums
Richard Lloyd – guitar (solo on "See No Evil", "Marquee Moon", "Elevation", and "Guiding Light"), vocals
Fred Smith – bass guitar, vocals
Tom Verlaine – guitar (solo on "Venus", "Friction", "Marquee Moon", "Prove It", and "Torn Curtain"), keyboards, lead vocals


TITRES :

1. See No Evil
2. Venus
3. Friction
4. Marquee Moon
5. Elevation
6. Guiding Light
7. Prove It
8. Torn Curtain
9. Little Johnny Jewel (Parts 1 & 2)
10. See No Evil" (alternate version)
11. Friction" (alternate version)
12. Marquee Moon" (alternate version)
13. Untitled (instrumental)
Pour le premier album de Television, Tom Verlaine choisit Andy Johns comme coproducteur. Johns a enregistré Goat's Head Soup des Rolling Stones, un disque méprisé par les punks mais Verlaine en aime les ballades maladives. Et, de fait, Television ne donne pas vraiment dans le punk : l'intro de "Marquee Moon" est très éloignée des Ramones ou de Johnny Thunders. On dirait plutôt une approximation raide des clusters de Thelonious Monk, puis le morceau se déroule lentement, multipliant les solos de guitare de Verlaine et Richard Lloyd à la manière de Quicksilver Messenger Service. Et les autres classiques de cet album: "Prove It", "Venus", "See No Evil" ont cette même bizarrerie, cette même élégance un peu distante qui a fait de Television un groupe vraiment à part. (Hubert Deshouse)








ANGE

 




GUET-APENS
1978
FRANCE

MUSICIENS :

Christian Decamps - keyboards, vocals
Francis Decamps - keyboards, vocals
Jean-Pierre Guichard - drums
Claude Demet - flute, guitar
Gérard Renard - bass


TITRES :

1. A Colin-Maillard
2. Dans les Poches du Berger
3. Un Trou dans la Case
4. Virgule
5. Réveille-toi
6. Capitaine Coeur de Miel
ange
ANGE est sans conteste le plus populaire des groupes de rock Progressif de l'Hexagone. Sa musique est bâtie sur le chant typique et mélodramatique du fantasque Christian DECAMPS, les sons puissants de l'orgue de son frère Francis, ainsi que sur le développement de thèmes médiévaux, énergiques et fiévreux. La formation a inventé son propre style, à la fois épique et délirant, mêlant folie, émotions et sentiments exacerbés. 

mardi 27 avril 2021

LED ZEPPELIN

 





PRESENCE
1976
U.K.

MUSICIENS :

Robert Plant - vocals, harmonica (4)
Jimmy Page - guitars, producer
John Paul Jones - 4- & 8-string basses, piano (bonus)
John Bonham - drums, percussion


TITRES :

CD1
1. Achilles Last Stand
2. For Your Life
3. Royal Orleans
4. Nobody’s Fault But Mine
5. Candy Store Rock
6. Hots On For Nowhere
7. Tea for One

CD2
1. Two Ones Are Won (Achilles Last Stand) (reference mix)
2. For Your Life (reference mix)
3. 10 Ribs & All / Carrot Pod Pod (reference mix)
4. Royal Orleans (reference mix)
5. Hots On for Nowhere (reference mix)
Oui, le Brown Bomber est fantastique, 
Oui le 1 est blues a souhait, 
Oui le 4 est le chef d'oeuvre du hard , 
Oui Physical Graffiti est un des 10 meilleurs double album de tous les temps, 
Oui le 3 est un chef d'oeuvre acoustique...
Mais seul Presence révèle toute la finesse du jeu de John Bonham! réécoutez la furie dévastatrice de "Achilles Last Stand", le contre temps de "For Your Life", le tricoté de "Royal Orleans", le vacarme orchestré de "Nobody's Fault But Mine", le rythme effréné de "Candy Store Rock", la simplicité de la rythmique de "Hots On For Nowhere" et enfin le touché sensuel d'un des plus grands blues de tous les temps "Tea For One"...oui vous l'aurez compris aisément ,cet album est L'ALBUM de John Henry Bonham ,un des trois meilleurs batteurs de tous les temps...(rory richards)

 









samedi 24 avril 2021

THE GREAME EDGE BAND

 





PARADISE BALLROOM
1977
U.K.

MUSICIENS :

Paul Gurvitz - Bass, Vocals
Graeme Edge - Drums
Lannie McMillan - Flute
Adrian Gurvitz - Guitar, Vocals
Blue Weaver, Tony Hymas - Keyboards
Ann Odell - Keyboards, Synthesizer [Moog]
BJ Cole - Pedal Steel Guitar
Rebop Kwaku Baah - Percussion
Emerson Able - Saxophone
Bill Easley - Saxophone, Flute
Bill Floores, Ken Spain - Trombone
Ben Cauley, Edgar Matthews - Trumpet, Flugelhorn
Brian Parrish - Vocals


TITRES :

1. Paradise Ballroom
2. Human
3. Everybody Needs Somebody
4. All Is Fair
5. Down, Down, Down
6. In the Light of the Light
7. Caroline

Bonus:
8. Be My Eyes
9. Paradise Ballroom
10. Everybody Needs Somebody
Bon disque d'art-rock progressif,  au cœur de la décennie dorée du genre. Les joyaux de l'album sont "Human" et "All Is Fair in Love".







vendredi 23 avril 2021

CROSBY & NASH

 





WISHTLING DOWN THE WIRE
1976
U.S.

MUSICIENS :

David Crosby - vocals, acoustic guitar
Graham Nash - vocals, acoustic & electric guitar, harmonica

With:
David Lindley - electric guitar, slide guitar, violin, viola, pedal slide
Danny Kortchmar - electric guitar, dobro
Russell Kunkel - drums, percussion
Craig Doerge - acoustic piano, electric piano, organ, glass harmonica
Tim Drummond - bass
Laura Allan - zither
Lee Holdridge - string arrangements
Sid Sharp - orchestra leader


TITRES :

1. Spotlight
2. Broken Bird
3. Time After Time
4. Dance
5. Mutiny
6. J.B.'s Blues
7. Marguerita
8. Taken At All
9. Foolish Man
10. Out Of The Darkness

Doté d'une ambiance autre que celles qui ont marquées les disques 1 et 2, ce Whistling Down The Wire révèle un Nash plus sombre dans son écriture. Il n'est qu'à écouter le dylanesque Marguerita ou Broken Bird (écrit avec Crosby). Le disque se démarque surtout par Taken At All, Time After Time et Out Of The Darkness, voire Foolish Man. On ne peut pas reprocher quoi que ce soit à la qualité de l'interprétation. Le seul défaut de ce numéro 3 du tandem Nash/Crosby se situe au niveau du manque d'inspiration notoire qui laisse un goût amer (jean claude)







GOOD DOG BANNED

 





GOOD DOG BANNED 
1973
U.S.

MUSICIENS :

Doug Mortenson - lead vocals (08), electric & acoustic guitar, pedal steel guitar
Chris Miller - lead vocals (03), electric & acoustic guitar, saxophone
Dwight Wolf - lead vocals (04,05), bass
Lee Marks - lead vocals (01,02,09), drums, bamboo flute
Tim "Fig" Cain - lead vocals (06,07), saxophone, electric guitar


TITRES :

1. Rollin' Into Salyer
2. Smokestacks
3. Rust And Decay
4. Things Ain't So Bad
5. River Bummin'
6. Worthy
7. Don't Burn Baby Grow
8. Utah
9. Livin' In Harmony
Comme beaucoup de groupes qui semblaient surgir spontanément, Good Dog Banned a joué entièrement pour le plaisir et l'expérience de l'interaction musicale sans même considérer les possibilités commerciales, et, en tant que tel, leurs performances avaient tendance à pencher davantage dans le sens de joyeuse soirée dansante plutôt que dans un bar ou dans un club. Ils improvisaient généralement pendant de longues périodes, parfois plus de 45 minutes
 L'album n'est pas tout à fait cohérent - "Don't Burn Baby Grow" semble plus idiot qu'autre chose, et quelques titres sont un peu trop proches du "mauvais" boogie du Grand Funk Railroad - mais, dans l'ensemble, Good Dog Banned est drapé d'une âme country.






THIRTY DAYS OUT

 





THIRTY DAYS OUT
1971
U.S.

MUSICIENS :

John Micallef - lead vocals, guitar
Jack Malken - lead guitar, vocals
Monte Melnick - bass, vocals, organ (08)
Phil Lowe - drums, percussion, vocals

With:
Jim Dickensen - keyboards
Larry Knechtel - keyboards


TITRES :

1. Everybody's Looking For Someone
2. Mama Come See Me Tonight
3. Home On The Road
4. Living Like One
5. Hoy Hannah
6. Survival
7. Taking The Chance
8. Forever
9. Doing The Best That I Can
Groupe originaire de New York a enregistré cet album en partie en Californie avec les célèbres claviéristes de session Jim Dickinson et Larry Knechtel. L'effort éponyme terminé a provoqué une légère curiosité dans les magasins de disques pour son nouvel emballage - au lieu d'un emballage rétractable, l'album a été logé dans une affiche du groupe. 
Les trois ou quatre derniers titres de l'album sont les plus interressants
Monte Melnick a refait surface plus tard en tant que directeur de tournée pour les légendes punk The Ramones.




samedi 17 avril 2021

PROCOL HARUM

 






SHINE ON BRIGHTLY
1968
U.K.

MUSICIENS :

Matthew Fisher - organ, vocal on 07a, piano on 07e
Dave Knights - bass
B.J. Wilson - drums
Robin Trower - guitar, also co-lead vocal with Gary Brooker on 04
Gary Brooker - harmonica, piano and vocals
Keith Reid - lyrics

TITRES :

1. Quite Rightly So
2. Shine On Brightly
3. Skip Softly (My Moonbeams)
4. Wish Me Wel
5. Rambling On
6. Magdalene (My Regal Zonophone)
7. In Held 'Twas In I
a). Glimpses Of Nirvana
b). 'Twas Teatime At The Circus
c). In The Autumn Of My Madness
d). Look To Your Soul
e). Grand Finale
PROCOL HARUM
La tâche de ce toujours difficile deuxième album n'est pas des moindres : succéder à l'immense premier album éponyme et son hit planétaire : « A Whiter Shade Of Pale ». Mais contrairement à ce que beaucoup de groupe essayèrent, souvent en vain, de faire plus tard, Procol Harum a l'intelligence de ne pas chercher à réaliser ce qui ne serait de toutes façons qu'une pâle copie de leur immense tube intemporel.
« Quite Rightly So » en prend d'ailleurs le contre-pied total et donne le ton de ce "Shine On Brightly" : débridé, expérimental et grandiloquent, toujours habité par la verve lyrique et aigre douce de Keith Reid mais aussi par la voix plaintive et incomparable de Gary Brooker.
Le Hammond, si facilement reconnaissable de Matthew Fisher et devenu d'ailleurs véritable marque de fabrique du groupe, parcourt l'album de bout en bout, tour à tour enjoué (« Shine On Brightly ») ou plus solennel (« Magdalene (My Regal Zonophone) »).
Mais la pièce maîtresse de ce disque pour tout fan de prog' qui se respecte est incontestablement le gigantesque (Yes n'étant pas encore né !) « In Held Twas In I » de plus de dix sept minutes, introduit par une voix d'outre tombe de Gary Brooker, déclamant une poésie sombre et magnifique qui rappelle d'ailleurs furieusement Jim Morrison, sur des nappes sonores très orientales.
Le titre, complètement décalé et beaucoup trop long à l'époque, sera mal compris. Il s'agit pourtant là d'un des tous premiers véritables morceaux de rock progressif, alambiqué mais bourré de créativité et d'imagination. Un hommage tardif, mérité mais très personnel lui sera d'ailleurs rendu trente deux ans plus tard sur le premier album du groupe hybride Transatlantic.
 (Pierre G.)