vendredi 21 mai 2021

BOB SEGER

 




BEAUTIFUL LOSER
1975
U.S.

MUSICIENS :

Bob Seger - lead vocals (all tracks), guitar (tracks 4, 5, 9), slide guitar (track 3), harmonica (track 3), piano (track 4)

Muscle Shoals Rhythm Section (all tracks except tracks 4 and 7)
Barry Beckett - grand piano, organ, synthesizer, electric piano
Pete Ca lead guitar, acoustic guitar
Roger Hawkirr -ns - drums, percussion
David Hood - bass guitar
Jimmy Johnson - rhythm guitar
Spooner Oldham - organ, electric piano

Muscle Shoals Horn Section (track 3)
Harrison Calloway - trumpet
Ron Eades - baritone saxophone
Charles Rose - trombone
Harvey Thompson - tenor saxophone

Silver Bullet Band (track 7)
Drew Abbott - guitar
Chris Campbell - bass guitar
Charlie Martin - drums
Robyn Robbins - organ

Additional musicians
Drew Abbott - guitar (tracks 2, 3)
Kenny Bell - guitar (track 3)
Pete Carr - guitar solo (track 6)
Tom Cartmell - saxophone (track 7)
Paul Kingery - guitar solo (track 7)
Robyn Robbins - mellotron (track 4)
Stoney & Rocky - background vocals (track 3)


TITRES :

1. Beautiful Loser
2. Black Knight
3. Katmandu
4. Jody Girl
5. Travelin' Man
6. Momma
7. Nutbush City Limits
8. Sailing Nights
9. Fine Memory
Bob Seger veut conjurer le sort qui s' acharne contre lui depuis dix ans, et, en a assez d' avoir du mal à joindre les deux bouts ; c' est pas honteux d' être pauvre mais c' est le seul bon côté de la chose. Faut pas se trahir non plus, rester toujours le même, creuser son propre sillon, enfoncer le clou jusqu' à ce que le public vous adopte. C' est par cet album, le huitième, qu' on a vraiment commencé à connaître Bob Seger en France, de l' autre côté de l' Atlantique les singles entrent dans les charts, timidement. Le raz de marée va se déclencher avec le brutal  Live Bullet  paru l' année suivante en 1976, où, c' était couru d' avance toutes les versions de "Beautiful Loser", "Katmandu", "Jody Girl", "Travelin' Man" et "Nutbush City Limits" captées le 4 et 5 septembre 1975 au Cobo Hall de Detroit seront meilleures. Est-ce à dire que le Silver Bullet Band est plus fracassant que les requins du Muscle Shoals Rhythm Section ? Faut se remettre tout de même le disque dans les esgourdes pour redécouvrir le boogie-rock mid-tempo faussement traînard "Black Night", les power ballads "Momma" et "Sailing Nights" avec son lyrisme brookerien ainsi que le délicat "Fine Memory". (STEPHAN Rémy)





jeudi 20 mai 2021

BOB SEGER






STRANGER IN TOWN
1978
U.S. 

MUSICIENS :

The Silver Bullet Band

Bob Seger – vocals, guitar, piano
Drew Abbott – guitar
Robyn Robbins – organ
Alto Reed – saxophone
Chris Campbell – bass
David Teegarden – drums, percussion

Muscle Shoals Rhythm Section

Barry Beckett – keyboards
Pete Carr – guitar
Jimmy Johnson – guitar
David Hood – bass
Roger Hawkins – drums, percussion


TITRES :

1. Hollywood Nights
2. Still The Same
3. Old Time Rock & Roll
4. Till It Shines
5. Feel Like A Number
6. Ain't Got No Money
7. We've Got Tonight
8. Brave Strangers
9. The Famous Final Scene
Paru en 1978 quand Bob Seger est enfin devenu la vedette nationale (et un peu plus) qu'il aurait dû être depuis longtemps .
Après 8 albums qui réunissent ce qu'il a fait de plus personnel, lui et son groupe (à l'époque le Silver Bullet Band) n'ont obtenu qu'une aura régionale (le Michigan essentiellement) . Et comme il peine à achever son album de 1977 (le futur "Night Moves" qui témoigne déjà d'un virage certain), sa compagnie de disques l'oblige à sortir un des tout meilleurs albums live de son temps ("Live Bullet") . Rien de plus ni de moins qu'un best-of en concert de ses précédents albums mais un immense succès national accompagné la même année du "Night moves" sus-nommé .
Avec "Stranger in town", Seger transforme l'essai de ce qui sera sa marque ultérieure de fabrique : moitié rock mid-tempo le plus souvent, moitié ballades sentimentales mais pas mièvres ("Still the same", "We've got tonight", "Famous final scene") même si elles passent moins bien l'épreuve du temps que les morceaux plus enlevés . (Casanova Claude)

GRAHAM NASH

 





WILD TALES
1973
U.K.

MUSICIENS :

Graham Nash - vocals (01-10), electric rhythm guitar (01,02,06), electric piano (03,10), harmonica (03,07,09), acoustic guitar (04,07), piano (08,09)
David Crosby - vocals (03,05,09)
Joe Yankee (Neil Young) - acoustic piano (05)
Joni Mitchell - vocals (10)
Johnny Barbata - drums (01-06,09,10)
Tim Drummond - bass (01-10)
David Lindley - electric slide guitar (01,06), mandolin (03)
Joel Bernstein - acoustic guitar (02,10)
Ben Keith - pedal steel guitar (02,04,05,09), dobro (10)
Harry Halex - electric piano (05), acoustic guitar (09)
Dave Mason - 12-string guitar (07)


TITRES :

1. Wild Tales
2. Hey You (Looking At The Moon)
3. Prison Song
4. You'll Never Be The Same
5. And So It Goes
6. Grave Concern
7. Oh! Camil (The Winter Soldier)
8. I Miss You
9. On The Line
10. Another Sleep Song
Le second album en solitaire de Nash (il est l'auteur de titres d'anthologie comme Marrakech Express, Teach Your Children, Our House, Chicago...) confirme les aptitudes de l'ex-Hollies à faire de la très bonne chanson. De la chanson à mélodie. Accrocheuse, aux harmonies vocales toujours raffinées. Dans Wild Tales, sous-estimé à mon avis, Nash, qui vient de vivre un drame atroce en l'assassinat de sa compagne, se veut noir et triste. L'artiste est meurtri, à terre, et son folk merveilleux va s'en ressentir. (JeanClaude)








mardi 11 mai 2021

NILS LOFGREN

 





NILS
1979
U.S.

MUSICIENS :
Bob Babbitt - bass
Stu Daye - guitar, vocals
Bob Ezrin - percussion, keyboards, vocals, vibraphone
Jody Linscott - percussion, conga
Nils Lofgren - guitar, accordion, keyboards, vocals
Tom Lofgren - guitar, vocals
Doug Riley - organ on "Baltimore"
David Sanborn - saxophone on "A Fool Like Me"
Allan Schwartzberg - drums
Colina Phillips, Debbie Fleming - additional background vocals
Al MacMillan - orchestration on "Shine Silently"


TITRES :

1. No Mercy
2. I'll Cry Tomorrow
3. Baltimore
4. Shine Silently
5. Steal Away
6. Kool Skool
7. A Fool Like Me
8. I Found Her
9. You're So Easy 
nils lofgren
Assez bon album de Nils Lofgren en cette fin des année 70 avec un passage à la célèbre émission TV "Rockpalast" le 6 octobre 1979, ont assuré une sorte de percée pour Nils en Europe continentale, avec "No Mercy" et "Shine Silently". La version de Lofgren du classique "Baltimore" de Randy Newman n'était pas mauvaise.







mercredi 5 mai 2021

BEAU

 





CREATION
1971
U.K.

MUSICIENS :

Beau (Christopher John Trevor Midgley) - vocals, 12-string guitar, clavioline (04), Farfisa organ (06)
Jim Milne - guitars, bass
Steve Clayton - drums, percussion


TITRES :

1. Nine Minutes
2. There Once Was A Time
3. Spider
4. April Meteor
5. Is This Your Day
6. Creation
7. Blind Faith
8. Ferris Street
9. Release
10. A Reason To Be
11. Silence Returns 

Bonus:
12. Sky Dance (1972)
Christopher John Trevor Midgley, alias Beau, a enregistré deux albums pour Dandelion, l’entreprise anticapitaliste de John Peel et Clive Selwood. Après avoir gravi les échelons au Liban avec son premier single, 1917 Revolution, Beau a pris l'habitude d'écrire des chansons anticonformistes. Guitariste 12 cordes techniquement doué, Midgley n'a été rejoint ici que par Jim Milne sur Epiphone et Steve Clayton sur les percussions,