samedi 14 décembre 2019

JESSE ED DAVIS










ULULU
1972
U.S.

MUSICIENS :

Jesse Davis - Vocals, Guitar
Donald "Duck" Dunn - Bass
Jim Keltner - Drums
Mac Rebennack - Organ, Piano
Billy Rich - Bass
Larry Knechtel - Organ
Leon Russell - Piano
Chuck Kirkpatrick - Backing Vocals
Albhy Galuten - Piano
Stan Szeleste – Piano
Arnold Rosenthal - Bass
The Charles Chalmers Singers, Clydie King, Merry Clayton, Vanetta Fields - Backing Vocals


TITRES :

1. Red Dirt Boogie, Brother
2. White Line Fever
3. Farther On Down The Road (You Will Accompany Me)
4. Sue Me, Sue You Blues
5. My Captain
6. Ululu
7. Oh! Susannah  (Traditional)
8. Strawberry Wine
9. Make A Joyful Noise
10.Alcatraz

jesse ed davis

Indien Kiowa, Jesse Ed Davis était peut-être le guitariste de session le plus polyvalent de la fin des années 60 et du début des années 70. 
Qu'il s'agisse de blues, de country ou de rock, l'excellent jeu de guitare de Davis figure sur des albums de géants tels qu'Eric Clapton, Neil Diamond, John Lennon et John Lee Hooker, entre autres. 
Né à Oklahoma, Davis a d'abord obtenu un diplôme en littérature de l'Université d'Oklahoma avant de commencer sa carrière musicale en tournée avec Conway Twitty au début des années 60. Finalement, le guitariste a déménagé en Californie, rejoignant le bluesman Taj Mahal et jouant de la guitare et du piano sur ses trois premiers albums. 
C'est avec Mahal que Davis a pu mettre en valeur ses compétences pendant ses trois ans.
Après l'album de Taj en 1969, Giant Step, Davis a commencé à travailler en session pour des artistes aussi divers que David Cassidy, Albert King et Willie Nelson. En outre, il a également sorti trois albums solo mettant en vedette des amis musiciens tels que Leon Russell et Eric Clapton
Davis a disparu de l'industrie de la musique pendant un certain temps, passant une grande partie des années 80 à lutter contre la toxicomanie. Juste avant sa mort d'une overdose en 1988, Davis a refait surface en jouant dans le Graffiti Band, qui couplé sa musique avec la poésie de l'activiste amérindien John Trudell. 

jesse ed davis




Aucun commentaire :

Publier un commentaire